Les news

HEIG-VD | 08 déc. 2016

Un Travail de Bachelor à Managua, Nicaragua

Un Travail de Bachelor à Managua, Nicaragua
Chaque année, plusieurs de nos étudiant-e-s effectuent leur Travail de Bachelor à l’étranger. Le compte-rendu de Jonas Bernasconi, étudiant en géomatique qui rentre tout juste du Nicaragua, nous en dit plus sur cette expérience.

Travail de Bachelor : Analyse des ressources hydriques du bassin versant de la rivière Dipilto.

Déroulement du projet

La coopération suisse ayant financé et décidé de mon intégration au projet, j’ai travaillé dans les locaux du ministère de l’environnement et de l’institut d’étude territorial Nicaraguayen (INETER). Mon arrivée, par manque de temps et de préparation, a été un peu chaotique. Il m’a fallu un certain temps pour pouvoir comprendre avec plus d’exactitude ce qu’ils attendaient de moi.

La directrice des ressources hydriques et bassins versants de MARENA souhaitait que je fasse une présentation de la méthode que j’allais utiliser pour la quantification de la ressource hydrique aux différentes entités participant au projet. Cependant, je n’avais, à mon arrivée, encore aucune idée de la façon dont j’allais procéder. J’ai donc négocié et proposé de faire une présentation de la gestion intégrée des bassins versants en Suisse. Je me suis retrouvé moins de deux semaines après mon arrivée à effectuer une présentation sur la gestion des bassins versants en Suisse devant 50 personnes, dont des représentants des institutions et mairies impliquées dans le projet. Parmi eux se trouvaient : la ministre de l’environnement Nicaraguayen, la directrice de la coopération Suisse pour l’Amérique centrale et l’ambassadeur du Chili au Nicaragua. Sacré coup de stress !

Après 3-4 semaines à Managua, j’ai enfin pu visiter le bassin versant de la rivière Dipilto et ainsi obtenir les données manquantes directement auprès des observateurs. Je me logeais dans l’un des hôtels de cette petite ville et travaillais dans les bureaux de la délégation de MARENA où les employés m’ont notamment accompagné et montré le terrain pour mes recherches. C’est lors de ces quelques semaines que j’ai pu obtenir les données et les informations qui ont donné de la valeur à mon travail. En rentrant, j’ai travaillé principalement dans les bureaux de l’INETER. Cela m’a permis de pouvoir poser facilement des questions à des hydrogéologues et hydrauliciens travaillant dans l’institut.

Les étudiant-e-s faisant des échanges ou des Travaux de Bachelor à l’étranger sont vu-e-s comme des vacanciers-vacancières par celles et ceux qui restent étudier au pays. Ce préjugé s’est révélé complètement faux pour ma part, car j’ai travaillé quasiment tous les soirs et week-ends de mon séjour là-bas.

Les raisons de cette charge de travail importante sont les suivantes :

  • Difficulté d’obtention des données
  • Mauvaise qualité des données, ce qui demandait des traitements et corrections importantes
  • Les difficultés de contacts avec mon professeur dues aux problèmes de connexion et au décalage horaire ont imposé un avancement parfois à tâtons (beaucoup d’essais avant d’obtenir un modèle et un calibrage correct)
  • Informations obtenues avérées finalement erronées, ce qui peut entrainer des corrections lourdes sur les calculs effectués.

La langue

Les Nicaraguayens parlent très peu l’anglais. J’avais commencé la rédaction de mon travail dans cette langue mais je me suis rapidement rendu compte qu’il ne pourrait pas être lu par les personnes travaillant sur le projet. C’est un élément important pour toute personne voulant travailler avec les institutions du Nicaragua : les documents doivent être rédigés en espagnol. Ceci a été finalement une très bonne opportunité pour écrire dans cette langue. J’ai pu ainsi m’entrainer pendant mon séjour à pratiquer mon espagnol tant à l’oral qu’à l’écrit.

Ce que ce projet m’a apporté

En dehors des différentes rencontres et contacts que j’ai pu faire, ce projet à l’étranger m’a permis de travailler avec les plus hautes institutions Nicaraguayennes, pratiquer mon espagnol à l'oral comme à l'écrit et travailler en tant qu’ingénieur dans un système différent que celui de la Suisse. Cela n’a pas toujours été facile mais très enrichissant.

Comme tous les autres, le résumé scientifique de ce TB et son poster de synthèse sont désormais consultables sur le site : http://tb.heig-vd.ch/

Envie de proposer un stage, un TB ou un premier emploi à nos étudiant-e-s ? Découvrez la plateforme du Career Center de la HEIG-VD : http://career.heig-vd.ch/


TB_photo_2016-11-06_21-26-18

TB_photo_2016-11-06_21-23-07

TB_CIMG4541

TB_IMG_20160715_110927