Gouvernance et Responsabilité d'Entreprise

Gouvernance et responsabilité dans les PME suisses: comment répondre aux besoins de leurs dirigeants

Dans le cadre d’une recherche sur la situation et les apports de la gouvernance et de la responsabilité d’entreprise dans les PME suisses, l’Institut IDE de la HEIG-VD a mené une enquête nationale auprès des sociétés anonymes non cotées. En fonction des informations transmises par les 643 entreprises ayant répondu à cette enquête - dont les principaux résultats sont présentés ci-dessous - l’Institut IDE de la HEIG-VD a développé « L’Approche GeRE », afin de proposer des solutions concrètes pour améliorer la performance et la pérennité des entreprises. Sous la forme de fiches pratiques, L’Approche GeRE vise à apporter des réponses aux 6 problématiques principales auxquelles les dirigeants d’une PME sont confrontés, grâce aux principes et outils de la Gouvernance et de la Responsabilité d’Entreprise (GeRE).

Les conseils d'administration au sein des PME suisses

  • Les conseils d’administration se réunissent en moyenne 4 fois par an, principalement pour discuter des chiffres financiers clés de l’entreprise.
  • Les compétences spécifiques au domaine d’activité sont les plus couramment représentées au sein des conseils d’administration.
  • Les femmes restent peu représentées dans les conseils d’administration : 59 % des entreprises ne comptent aucune femme au sein de leur conseil d’administration.

Les actions concrètes de gouvernance et responsabilité mises en place

  • En matière environnementale, les PME pratiquent principalement le tri et le recyclage des déchets (86 %).
  • Sur le plan économique, elles mettent majoritairement en œuvre un contrôle qualité des produits/services (79 %).
  • Du côté sociétal, les PME agissent principalement sur le respect des normes de santé et de sécurité (87 %).
  • Dans le domaine du management, la majorité des PME respecte le principe d’honnêteté dans les affaires (89 %).

Freins et motivations à l’intégration d’éléments de bonne gouvernance et de responsabilité

  • L’amélioration de la compétitivité de l’entreprise par rapport aux concurrents figure en tête des motivations évoquées par les dirigeants (62.7 %).
  • Les principaux obstacles relevés par les dirigeants sont le manque de temps (51.9 %) et la petite taille de l’entreprise (49.6 %).