Heart Monitor for Archery

Heart Monitor for Archery

Alors que le corps de l'athlète ne trahit pas un moindre mouvement pour tirer la flèche fatale, un moniteur de fréquences cardiaques retransmet en direct à la télévision les battements de son cœur et nous fait partager toute l'émotion que ressent l'athlète au moment le plus intense...

Le cardiomètre, destiné aux archers a été développé par l’institut SIM (Systèmes d’information Embarqués) de la HEIG-VD, pour Tabrasco SA, société spécialisée dans le domaine du sport. Toute l’innovation réside dans les particularités du dispositif. La mesure est basée sur le principe de la photopléthysmographie. La réalisation, spécialement conçue pour une mesure sous le genou, se caractérise par son caractère auto-adaptatif qui lui permet de s’adapter à différents types de peau, de la plus foncée à la plus claire. Le boitier, miniaturisé, est non invasif. Les capteurs qu’il contient ne gênent pas l’archer dans sa séquence de tir, contrairement aux systèmes que l’on trouve aujourd’hui sur le marché. Le rythme du battement du cœur est directement transmis à un serveur de données au moyen d’une technologie sans fil. Ce qui permet de relayer l’information aux producteurs TV.

Cette technologie permet de rendre les télédiffusions de tir à l’arc plus spectaculaires. Le dispositif a été testé avec succès par les grands champions eux-mêmes, lors de la Finale de la coupe du Monde de Tir à l’arc, les 22 et 23 septembre dernier à Tokyo. Elle suscite déjà beaucoup d’intérêt chez les téléspectateurs attentifs aux variations cardiaques des athlètes, mais aussi chez certains industriels japonais que la société Tabrasco aura l’honneur d’accueillir dans leurs locaux très prochainement.

Au-delà du spectacle, l’athlète pourra améliorer à terme ses performances sportives: cette innovation technologique donne la possibilité de connaître avec précision le fonctionnement de l’archer dans la situation la plus spécifique possible, celle qui demande l’engagement complet de l’athlète: la compétition. Jusqu’à présent, les physiologistes et les biomécaniciens analysaient le geste sportif en laboratoire, et non dans des conditions de stress réel.

Interrogé par World Archery, la fédération internationale de tir à l’arc, Pierre-Julie Deloche, numéro trois mondial d’arc à poulies, se réjouit de pouvoir étudier le rapport entre battements cardiaques et performances. “Cet appareil va m’apporter une meilleure connaissance de mon corps. Je n’ai aucune idée précise de ma fréquence cardiaque en compétition.” 

“Un certaine dose de stress est nécessaire pour réussir une bonne performance, donc un rythme cardiaque élevé pour générer de l’adrénaline et du tonus musculaire. Je pense que cet appareil permettra de trouver le juste milieu et suis impatient d’analyser cela. Par ailleurs, cet appareil pourrait nous aider à savoir quelle est l’influence du rythme de sommeil sur les performances, et ainsi de mieux gérer le décalage horaire.”

A l’heure actuelle, le dispositif a été spécialement développé pour le tir à l’arc mais se prépare à d’autres applications.

Affaire à suivre…