Actualités

Intégration pour la page d'accueil des actualités avec le widget "News"

Hommage professionnel à Georges Thalmann

juin 8, 2016, 08:00 by Bastien Rentsch
Retracer le parcours professionnel de Monsieur Georges Thalmann, c’est prendre la mesure d’une carrière hors norme, d’une exceptionnelle richesse. C’est aussi suivre le développement et l’évolution de la formation technique supérieure du Canton de Vaud, tant Georges Thalmann en a été un acteur majeur.

Retracer le parcours professionnel de Monsieur Georges Thalmann, c’est prendre la mesure d’une carrière hors norme, d’une exceptionnelle richesse. C’est aussi suivre le développement et l’évolution de la formation technique supérieure du Canton de Vaud, tant Georges Thalmann en a été un acteur majeur.

Très tôt, il se passionne pour l’électronique et ses applications. Porteur d’un titre d’ingénieur obtenu à Paris, et après une expérience industrielle, il entre en 1950 à l’Ecole Technique et des Métiers de Lausanne pour y enseigner la radioélectricité et l’électronique.

Nommé Doyen en 1955, il crée en 1956 la Section supérieure d’électronique (seule section d’électronique en Suisse à cette époque), qui deviendra Technicum Cantonal Vaudois, puis Ecole Technique Supérieure et, enfin, Ecole d’Ingénieurs de l’Etat de Vaud. C’est aujourd’hui la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD).

En 1965, il est promu Directeur et entre en fonction le 1er avril 1965. Georges Thalmann occupera ce poste jusqu’au 31 août 1985, moment où il prend sa retraite.

Pionnier et visionnaire,
  • Il contribuera à la création du Baccalauréat technique, qui deviendra la Maturité professionnelle technique.
  • Pour le compte de la Confédération, il soutiendra la création d’écoles d’ingénieurs en Suisse (Valais) et à l’étranger (en Tunisie et en Turquie).
  • Il pensera le développement des écoles d’ingénieurs dans des termes qui sont ceux que nous utilisons 30 ans plus tard, alors que les écoles d’ingénieurs sont devenues des Hautes Ecoles Spécialisées (HES), en mettant en avant l’importance des liens avec l’économie et l’industrie, ainsi que la nécessité de dispenser des formations professionnalisantes et proches de la pratique.
  • Il accompagnera la construction du bâtiment de la Route de Cheseaux et le déménagement de l’Ecole de Lausanne à Yverdon-les-Bains, en 1975.
  • En 1985, il émettra le regret que l’Ecole n’ait décerné, en 29 ans, que trois diplômes à des jeunes femmes. La féminisation des professions de l’ingénierie ne progresse que lentement aujourd’hui encore.

Durant les 30 années dans des fonctions de direction d’école d’ingénieurs, dont 20 comme Directeur, Georges Thalmann développera des liens solides avec les milieux économiques, industriels, associatifs, de même qu’avec les Conseillers d’Etat en fonction. Il contribuera ainsi à la visibilité et à la notoriété de l’Ecole.

Le parcours et les réalisations sont impressionnants. Mais, ce qui force le respect et a marqué toutes celles et tous ceux qui ont eu le privilège de rencontrer, de collaborer ou de travailler avec Georges Thalmann, ce sont ses qualités personnelles et humaines. Rares sont ceux qui, au long d’une carrière de 30 ans, font pareillement l’unanimité.

Nous garderons en mémoire l’engagement sans faille et la douceur dont Georges Thalmann savait faire preuve et qui étaient sa force. Nous lui en sommes toutes et tous profondément reconnaissants.

Catherine Hirsch
Directrice de la HEIG-VD

affiche_CRH_2016_s
Voir la photo

Légende : M. Georges Thalmann, 4ème depuis la droite, dans les années 70.